Notre ligne éditoriale et style d’écriture

[tdc_zone][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le style encyclopédique est le style d’écriture employé sur eArtiste. Parfois difficile à appréhender, nous vous proposons quelques exemples pour éviter les pièges courants.

La question du « style encyclopédique » est liée à la nature du projet : eArtiste est une plateforme collaborative et vise à rapporter et diffuser un savoir de manière factuelle et sans prendre parti. Ses articles doivent être rédigés dans un style adapté à ce but, c’est-à-dire :

  1. Neutre ;
  2. Impersonnel ;
  3. Clair ;
  4. Précis ;
  5. Compréhensible ;
  6. Non académique.

Neutre

  • eArtiste apporte une compréhension, pas un jugement.
  • N’introduisez aucune forme de louange ou de condamnation, ni directement, ni par sous-entendu, et ne cherchez pas à présenter le sujet d’un article sous un jour favorable ou défavorable. Vous avez le droit d’avoir une opinion sur tout, mais aussi le devoir de la laisser hors des articles. Ceci s’applique à Mozart comme à Hitler : abstenez-vous d’écrire que celui-ci est un génie admirable et celui-là un fou sanguinaire. Les lecteurs se feront de toute façon leur propre opinion à partir des faits, et la plupart penseront de toute façon que Mozart est un génie admirable et Hitler un fou sanguinaire ; quoi qu’il en soit, vous n’avez pas à prétendre leur imposer ces opinions. eArtiste doit les aider à comprendre, et les considérations morales n’apportent rien.
  • Un jugement peut toujours être exposé, mais à condition d’être attribué et pertinent. La phrase « Mozart est un génie admirable » est une opinion personnelle. La phrase « Brigitte et Jean Massin écrivent que « Mozart est un génie admirable » », avec référence, est un fait que vous rapportez.
  • Réfléchissez aux mots que vous employez, car certains ont des connotations positives ou négatives et doivent donc être évités, à moins qu’il ne s’agisse d’une citation. Par exemple, « homme d’État » est positif, « politicien » est négatifa, tandis que « homme politique » est suffisamment neutre. Évitez les superlatifs et certains adjectifs qualificatifs car ils ne sont pas garants d’une bonne neutralité.
  • Soyez factuel et évitez les considérations gratuites. Par exemple, n’écrivez pas qu’une personnalité est « l’une des plus grandes » ou « l’une des plus importantes » de son domaine, mais fournissez des éléments objectifs permettant d’apprécier cette importance : place dans un classement faisant autorité, réception d’un prix reconnu, vente ou audience de ses productions, exercice de fonctions de premier plan, etc.
  • Il ne suffit pas de rédiger sur un ton neutre pour que l’article soit neutre : une page déséquilibrée par une abondance d’anecdotes ou de citations à charge viole le principe de neutralité, quand bien même aucune phrase ne serait individuellement orientée. Des exceptions existent à cette règle, quand le sujet est, par exemple, un crime reconnu où les éléments à charge pourraient être majoritaires.

Impersonnel

  • Privilégiez un style sobre et simple. Évitez les préciosités, la pédanterie, les joliesses de plume, les fioritures, le ton ampoulé. Ne vous regardez pas écrire. Vous rédigez un article d’encyclopédie, pas un billet de blog, une chronique dans la presse, un essai littéraire, une plaquette promotionnelle ou une contribution scientifique.
  • Bannissez les « nous allons voir », « n’oubliez pas que », « soulignons que », « cet article se propose de » et, d’une manière générale, le je, le nous, le vous. Les articles de eArtiste n’ont en principe pas d’auteur unique et ne sont pas des dialogues mettant en scène un auteur s’adressant à son lecteur.
  • Évitez le on ou la forme passive spécialement lorsque cela sert à introduire une assertion non attribuée ou à présenter comme un fait ce qui n’est qu’une opinion.1
  • Évitez également les formulations du type « il est à noter que » ou « il faut noter que ». Elles alourdissent inutilement la phrase et relèvent du commentaire personnel.
  • Évitez les questions rhétoriques (« Peut-on dire que… ? »).
  • Évitez de même les interjections, les verbes à l’impératif, ou les expressions de surprise. En règle générale, évitez d’utiliser le point d’exclamation. Gardez une expression neutre pour laisser le lecteur réagir lui-même et fonder lui-même son opinion en naviguant entre les articles liés au sujet et écrits par des auteurs et des lecteurs d’horizons très divers. Si votre propos est étonnant, le lecteur le ressentira comme tel, sans avoir besoin que vous lui fassiez part de votre sentiment.

Clair

  • Exposez clairement ce qui doit être dit, sans sous-entendus, remarques pour les initiés ou allusions obscures. Expliquez le contexte de votre sujet, soit directement dans l’article concerné, soit dans d’autres articles vers lesquels vous ferez des liens internes.
  • eArtiste s’est donné pour mission de vulgariser le savoir, et s’adresse largement à des non-spécialistes. Pensez à eux quand vous écrivez.
  • Structurez les articles : limitez leur introduction/présentation générale à des termes simples et concis, et utilisez des chapitres et sous-chapitres pour développer chaque aspect (descriptif, historique, usages, …); limitez les redondances d’informations entre chapitres d’une même page.
  • Songez aussi que le texte que vous écrivez sera lu par des francophones du monde entier et que ce qui peut être clair dans un pays précis peut ne pas l’être ailleurs.
  • Des propos attribués à « certains », « de nombreuses personnes », « quelques chercheurs », « on », etc., ne sont pas attribués.
  • Ne laissez pas une phrase en suspens pour suggérer plus que vous n’écrivez, ou pour faire de l’ironie. Si le complément est neutre et pertinent, exposez-le ; sinon, retirez-le.
  • Vous pouvez mettre une emphase sur un mot ou un passage en le composant en italique. N’en abusez pas ; l’italique attire l’œil, et trop d’emphase tue l’emphase.
  • Évitez d’utiliser des abréviations. Une abréviation est toujours moins claire qu’une expression en toutes lettres. Par ailleurs, les abréviations ont pour but principal de gagner de la place et la place n’est pas le souci majeur de eArtiste. À moins qu’un sigle ne soit universellement connu (ADN, ONG, etc.), employez toujours la forme développée lors de la première occurrence dans le texte et précisez à sa suite son abréviation entre parenthèses.
  • Il arrive que des articles présentent des difficultés de rédaction, certaines faciles à résoudre d’autres plus problématiques. Si vous êtes en mesure de résoudre la difficulté, il vous est recommandé de le faire ; attention cependant à ne pas reformuler un texte issu d’une traduction automatique sans s’être assuré du sens au préalable, car en pareil cas les contresens sont fréquents.

Précis

  • Soyez rigoureux et employez toujours le terme le plus exact et le plus approprié. Le flou cache l’ignorance et trompe le non-spécialiste.
  • Un vocabulaire précis est nécessaire, plus particulièrement dans certains domaines comme les sciences exactes ou le droit. Cette exigence passe celle de la vulgarisation : si vous hésitez entre plusieurs termes, choisissez le plus exact ; si plusieurs sont aussi exacts les uns que les autres, choisissez le plus commun. Ne remplacez pas un terme exact mais obscur par un terme commun mais inexact.
  • Il est inutile de détailler dans l’article un contenu développé par ailleurs : un lien vers cet article détaillé suffit. Ainsi, il est inutile de réécrire l’histoire de la photographie dans un article consacré à un photographe.

Compréhensible

  • Un bon article est aisément lu et compris. Un texte pâtit d’un vocabulaire limité et d’une syntaxe chancelante, mais aussi d’un abus de jargon, de lourdeur et de constructions compliquées.
  • Rien n’interdit de faire de longues phrases, mais rappelez-vous que trois phrases courtes vaudront toujours mieux qu’une longue phrase. Évitez les phrases « poupée russe » dans lesquelles vous multipliez les incises, les virgules, les ajouts entre parenthèses.
  • N’écrivez pas en quatre lignes ce que vous pouvez écrire en une. La précision est le corollaire de la concision, c’est une vertu (éviter les mots inutiles).
  • Évitez les traductions automatiques, ou vérifiez-en le résultat.
  • Relisez-vous en pensant au lecteur.

Non académique

  • Évitez les extraits, notes et supports de cours : il faut souvent les réécrire ou les restructurer, et les compléter.
  • Le sujet abordé doit être restitué dans son contexte pour être compréhensible. Des liens internes vers d’autres articles (notamment pour la terminologie) permettent de garder la concision et la clarté de structure de l’article tout en contextualisant le sujet. Le lecteur n’a pas toujours les bases théoriques permettant de l’aborder ; attention donc au choix de terminologie spécifique à un domaine particulier, qui pourrait paraître ambiguë voire serait incompréhensible du lecteur.
  • Évitez de perdre le lecteur dans les détails, car cela peut faire perdre le fil du sujet et masquer la structure essentielle de l’article nécessaire à sa compréhension : en cas de besoin, les longues démonstrations ou les longues listes devraient être déplacées dans des sous-articles séparés, afin de ne garder que quelques exemples dans l’article principal.
  • Rédigez des phrases complètes et articulées. Toute section contenant une énumération de points ou termes techniques, ou des formules mathématiques, chimiques, des noms de méthodes ou composants, etc., devrait comporter au moins quelques phrases expliquant le but de cette énumération, et lier chacun des points à l’article ou à la section d’article traitant ou définissant ce point particulier. Il en est de même des illustrations qui ne doivent pas être les seules composantes d’un point exposé et doivent être libellées et rapportées au texte qu’elles illustrent.
  • Si des exemples sont donnés, cela doit être indiqué explicitement, pour éviter de laisser croire au lecteur qu’un exemple constitue la règle, ou qu’une liste d’exemples donnée en réponse à une question donnée se veut exhaustive.
  • Écrivez explicitement les conclusions (ou lier explicitement l’article à l’article plus général synthétisant ces conclusions), et ne laissez pas le lecteur tenter de les deviner.

Bonnes pratiques

Le style d’un article doit être :

  • neutre, c’est-à-dire permettant de comprendre le sujet sans le juger, que ce soit en bien ou en mal
  • impersonnel, en privilégiant les informations factuelles
  • clair, en évitant le jargon et les allusions
  • précis, en utilisant des termes corrects et précis (ajoutez des liens internes vers les mots techniques)
  • compréhensible, en évitant les termes trop sophistiqués
  • « dépassionné », en rejetant l’encensement ou l’hagiographie, ou encore, apportant un jugement personnel ou une opinion.

Le style journalistique ou les résumés peuvent également parfois être utilisés, mais toujours de manière factuelle et neutre.

Bien évidemment, chaque information doit être reliée à une source de qualité (comment faire un lien URL vers un autre article ?). Seules les sources sont susceptibles d’apporter (et d’étayer) un jugement de valeur.

Pièges courants

Neutralité :

  • La phrase « Mozart est un génie admirable » est une opinion personnelle. Le bon style est ici « Brigitte et Jean Massin écrivent que « Mozart est un génie admirable » », avec référence. Cela devient un fait que vous rapportez.
  • N’écrivez pas qu’une personnalité est « l’une des plus grandes » ou « l’une des plus importantes » en son domaine, mais fournissez, au contraire, des éléments objectifs permettant d’apprécier cette importance : rang dans un classement faisant autorité, réception d’un prix reconnu, vente ou audience de ses productions, exercice de fonctions de premier plan, etc. Un jugement de qualité ou de valeur (« la meilleure », « le plus grand »…) doit donc provenir d’une source et non venir de votre rédaction : « selon tel critique1, Untel est un grand artiste… ».

Style impersonnel :

  • Bannissez les « nous allons voir », « n’oubliez pas que », « soulignons que », « cet article se propose de » et, d’une manière générale, le je, le on, le nous, le vous.
  • N’introduisez pas de questionnements (« peut-on dire que… ») ou des formulations du type « il est à noter que ».
  • Les exclamations, l’impératif, les interjections… personnalisent fortement le style et vont généralement à l’encontre de l’idée de neutralité.

Clair :

  • Des propos énoncés par « certains », « de nombreuses personnes », « quelques chercheurs » ou « on », ne sont pas attribués. Ces généralités sont invérifiables et donc à prohiber ; il est attendu que soient cités précisément les auteurs des propos.
  • Évitez les abréviations, le jargon s’il n’est pas nécessaire ou les régionalismes.

Précis :

  • Si un mot précis doit être utilisé, utilisez-le et faites un lien vers sa définition.
  • Ne recopiez pas le contenu d’un autre article dans le vôtre, mais faites des liens vers celui-ci. Il est donc parfois nécessaire, lors de la rédaction sur un sujet, d’améliorer des articles qui lui sont connexes.

Compréhensible :

  • Préférez les phrases courtes.
  • Si une partie du sujet tend à devenir l’élément dominant de l’article, considérez le fait de créer un article détaillé.
  • Prohibez les traductions automatiques.
  • Relisez-vous ou faites vous relire.

Non académique :

  • Les exemples doivent être présentés comme tels.
  • Les détails et les anecdotes peuvent troubler le lecteur et sont à éviter.
  • Les familiarités avec le lecteur, ou des interpellations, sont à prohiber.

Autres conseils :

  • Un article s’écrit, de préférence, au présent de narration.
  • Évitez les listes ; privilégiez les phrases rédigées.

Quelques exemples

Les phrases données en exemples ci-dessous proviennent d’anciennes versions d’articles. Ils ne portent que sur la forme des phrases, mais, comme toujours, chaque affirmation doit être reliée à une source (ici non mentionnée).

 

PROPOSER/AJOUTER UN ARTICLE

NOUS ÉCRIRE

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][/tdc_zone]