Chaque mercredi, Le Monde Afrique vous présente trois nouveautés musicales issues ou inspirées du continent. Cette semaine, direction la « nation arc-en-ciel », avec des genres aussi diversifiés que le gqom électrisant de Moonchild Sanelly, le R & B sentimental de Ricky Tyler et le folk apaisant d’Urban Village.

« Bashiri », de Moonchild Sanelly

Elle a chanté avec Beyoncé (My Power) et Damon Albarn (I Can’t Move) et est partie en tournée européenne avec le groupe de hip-hop sud-africain Die Antwoord en 2018. Cinq ans après son premier album, Rabulapha !, Moonchild Sanelly, 32 ans, a su imposer son propre style de gqom (la house de Durban), qu’elle appelle « future ghetto funk ». Le 25 juin, l’artiste aux cheveux bleus, qui n’hésite pas à aborder les thèmes les plus crus et à poser en petite tenue, a dévoilé un nouveau single, Bashiri, mettant en garde contre les pasteurs évangéliques qui s’enrichissent sur le dos de leurs fidèles… « Amen ! »

« Thirty K’s », de Ricky Tyler

A 26 ans, Ricky Tyler n’est pas encore aussi connu, mais il en prend la voie. Après plusieurs singles remarqués depuis 2016, son premier album, Small World, doit sortir vendredi 17 juillet chez Def Jam Africa, filiale d’Universal Music : quatorze morceaux (dont Thirty K’s) dans lesquels le chanteur de R & B explore une veine très introspective – ses amours et ses chagrins, ses failles et ses fiertés, ses défis et ses victoires. Autant de souvenirs, de pensées et de sentiments qui, dit-il, « nous relient tous » et réduisent les distances entre les hommes, rendant le monde plus « petit ».

« Izivunguvungu », d’Urban Village

On change d’univers avec Urban Village, un groupe de quatre artistes de Soweto (le guitariste Lerato Lichaba, le flûtiste Tubatsi Moloi, le batteur Xolani Mtshali et le bassiste Simangaliso Dlamini) qui définissent leur art comme « de la musique folk sud-africaine parsemée de mélodies acoustiques, électriques et funky ». Après un premier EP, Bantu Art, paru en 2016, le groupe a signé chez le label français No Format, qui a publié le 9 juin le single Izivunguvungu, inspiré des chants des travailleurs migrants zoulous. Idéal pour se détendre après une dure journée de labeur.

Lire aussi Trésors en vinyle : la sélection musicale du « Monde Afrique » #9



Lien de l’article original

LA REDACTION