De nombreux ouvrages et vidéos ont été édité à ce sujet, c’est un point sensible du domaine car de nombreux photographes ne se sont jamais entendu sur certains concepts et règles à suivre, vous comprendrez donc que le fait que viennent s’y greffer créativité, innovation et inspiration du photographe, ne facilite en aucun cas l’élaboration d’un répertoire de normes universelles, toute fois nous allons parler des quelques peu norme et base en vigueur actuellement.
Partons d’abord sur la topographie, cette dernière permet de rendre une photo lisible, alors il est recommander de chercher à imprimer un repère orthonormé principal dans votre scène. Il servira de repère inconscient pour les yeux de l’admirateur de votre photo, certes pour cela vous n’allez pas vous mettre à équilibrer ce repère avec une équerre dans votre champ (rire) au contraire ce dernier se réajuste en fonction des bords de votre viseur (essayer de faire correspondre les bords verticaux de votre viseur à une ligne horizontale quelconque dans votre champ, celui de la mer pour une photo prise à la plage par exemple). Toujours dans la catégorie topographie si le sujet de votre séance de shooting se trouve dans un environnement chargé, la recommandation veut que les objets ou sujets qui seront au premier plan par priorité au sujet principal ne prennent pas plus du ¼ (quart) de votre champ d’affichage, y compris même dans le cas où ils sont situé de part et d’autre du sujet principal, cela est primordial car on assiste à une distraction de votre public lors qu’il observe votre chef d’œuf alors que ce n’est en aucun cas ce que vous recherchez. Pour clôturer cette catégorie nous dirons que les portraits ou les paysages, à partir du moment où vous avez un sujet principal, il est préférable de laisser de l’espace au-dessus de votre sujet afin de donner une connotation publicitaire à votre photo et d’ouvrir le champ du côté où le regard du sujet est dirigé.
Vu qu’on a fait un petit ramassé de la topographie, abordons l’esthétique, il est strictement proscris de faire reposer les bordures de votre champ sur les articulations de vos sujets que ce soit des portraits en plan serré, rapproché ou américain (c’est vraiment de l’esthétique, parce que je n’ai jamais compris non plus pourquoi on ne peut le faire, par contre je reconnais que quand on applique cette règle le résultat est fabuleux). Ne nous éloignons pas, toujours dans le cadre de l’esthétique, les prises de vue d’un sujet sont meilleurs au-delà d’une marge frame minimal au-delà de 40mm au risque d’étirer les membres de votre sujet (rire), l’esthétique est la catégorie la plus soumise au freestyle, il est donc évident que l’universalité des normes soit plus ou moins sensible. Aujourd’hui l’on ne saurait parler de photographie sans mentionner la post production, je mentionne par-là les retouches, même le plus smart des amateurs (smartphone shooter) possède un logiciel pour corriger ses photos et bien dans ce domaine aussi de nombreux types de retouches ont été inventé, l’esthétique de cette catégorie fait surface quand on doit savoir laquelle de ses retouches utilisés pour quelle photo, c’est ainsi que les retouches beautés où le traitement de peau est plus accentué conviennent plus au photo de mode que les retouches glamour qui conviennent plus au photo de présentoirs, etc…
Tout ce long texte que vous venez de parcourir n’est qu’une infime partie de ce que j’ai appris dans ma démarche, je peux également vous dire que cela ne représente même pas le quart des normes actuelles alors cherchez, demandez et apprenez des festivals auxquels vous participez.
A ce propos le FCW – Flash Clac Week, la semaine des arts de la photo, la deuxième édition a eu lieu en janvier 2015 à Lomé, j’espère vous y retrouver à la prochaine édition.
 
Nathan Gozo
Graphiste designer/photographe
PDG à Can-ardeur corporation – Cbt graphique
www.facebook.com/flashclacweek
Nathan Gozo photographer (facebook)
@nathangozo (twitter)

OLD_PACA