A l’état civil Désiré Frédéric EHUI, « MEIWAY » est un artiste musicien, auteur compositeur, interprète, arrangeur, producteur et réalisateur ivoirien, né le 17 mars 1962 à Abidjan. Il crée un style musical, le Zoblazo qu’il décline tout au long de sa carrière. Il est le précurseur de la danse des mouchoirs, rythme issu du sud de la Côte d’Ivoire. A cause de son talent et de certains morceaux, il s’est vu attribué les pseudonymes tels que : « Le professeur Awolowoh » ou encore « Le génie de Kpalèzou ».
De 100 % à 1000 % Zoblazo presque 20 ans se sont écoulés, mais MEIWAY reste éternel. Il est le fils des parents, tous, étant dans le domaine musical et faisant partie de plusieurs groupes locaux de musiques traditionnelles. Son père, agent commercial dans une entreprise locale, est un accordéoniste amateur et sa mère chante au sein de la chorale Sainte Cécile de la paroisse catholique de Treichville à Abidjan. Frédéric commençait déjà par chanter deans une chorale vers l’âge de 9 ans jusqu’à 16 ans. Une fois au collège, Frédéric se lie d’amitié avec un membre de « Pace« , le groupe du collège. À force de le suivre lors des répétitions, il finit par remplacer l’un des choristes et s’initie aux percussions et à la batterie.
En 1978 il est 2e avec le groupe Pace à la finale de Podium (émission concours télé des groupes amateurs en Côte d’Ivoire). La répartition de la prime qui s’avère conflictuelle entre les membres, le groupe ne survit pas à cette récompense. Il fonde l’année après les Génitaux et le Lynx group avec lequel il est vainqueur de l’édition Piédestal 1980 (émission concours radio). En 1981, sa carrière amateur prend son envol, quand avec son groupe les Génitaux, il décroche le 1er prix Podium, très convoité en Côte d’Ivoire. Après cela, les sollicitations et les récompenses se succèdent et Meiway s’impose peu à peu sur la scène musicale. Tournées, galas, concerts, bals de fin d’année, les Génitaux sillonnent le tout le pays. C’est l’occasion pour MEIWAY de construire le Zoblazo (son identité musicale) et d’imposer ses compositions.